11 juin 2009

La Roumanie n’est plus un pays bureaucratique, c’est fini ! Ne croyez surtout pas les méchantes langues qui prétendraient le contraire. Oublié l’héritage communisme, le contexte balkanique, les legs ottomo-grecs… Le simple fait d’avoir adhéré à l’UE a résolu tous les vieux problèmes, ce qui est d’ailleurs attesté par l’obstination du FMI à vouloir absolument aider le pays à des conditions que le gouverneur de la banque centrale locale a lui même qualifié d’inespérées.
Un seul exemple sur la situation actuelle: Notre administrateur du parc informatique a voulu aller s’inscrire pour passer le permis de conduire moto. Après 2 bonnes heures de queue (dont une bonne partie dehors) mettant son dos a l’épreuve, à son arrivée au guichet on lui refuse l’inscription. Motif ? Il ne ressemble plus suffisamment à la photo de sa carte d’identité. En effet à l’époque de la photo il avait les cheveux très courts, aujourd’hui il les a plutôt longs… et sa proposition de ramener ses cheveux en arrière, d’y mettre du gel, etc ne change rien a l’affaire. Les signes distinctifs de son visage n’ont absolument pas changé mais le fonctionnaire présente un texte juridique qui le couvre (il y en a tellement ici que parfois on les re-publie, sans doute pour éviter qu’on ne les oublie ou qu’on ne les prenne pas au sérieux…).
Bref notre collègue n’a que 2 choix possible ; soit il fait refaire spécialement sa carte d’identité (et doit pour cela se déplacer personnellement à la ville de son domicile, généralement la ou on est né, pour entreprendre une procédure bien sur fastidieuse, aux heures de travail… prévoir la semaine…), soit il doit se faire couper les cheveux… et dans tous les cas de figure il devra bien sûr refaire la queue (en espérant que le temps soit clément…)
Effectivement, avec la crise économique mondiale les citoyens roumains ont de plus en plus de mal à «s’expatrier/s’échapper», et certains ont même tendance à rentrer au pays, soit pour cause de chômage (secteur de la construction espagnol) ou forte xénophobie (Italie). Dans un tel contexte (impossibilité de voter avec les pieds) vous pensez bien que les bureaucrates locaux, nombreux et bien payés, se déchainent… (les fonctionnaires sont souvent mieux payés que les salariés du privé, en dépit d’une faible productivité due à des problèmes d’organisation et à l’utilisation massive du système des dépouilles sur l’air des chaises musicales…).
Bref si un jour, pour occuper toujours plus de commissaires avec l’arrivée de nouveaux pays membres, la commission européenne crée une DG sur la dé-bureaucratisation (ce qui ne manquerait pas de sel), il faut absolument placer à sa tête un fonctionnaire de carrière roumain !