11 juillet 2017

Je me souviens d’une discussion à Cluj il y a quelques années avec un cadre ultra dynamique d’une SSII française nearshore et offshore multi-site en forte croissance (je pense que les connaisseurs l’identifieront facilement…). Je lui parlais, non sans une certaine fierté, de nos excellents services de création graphique pour le web, mais lui ne semblait pas du tout intéressé, car « les clients ne nous le demandent pas, ils nous fournissent les graphismes web ».

Cela s’explique peut être par la différence de typologie de clients entre nous, mais avec le recul une telle réaction me surprend toujours un peu.

Car si certains clients nous envoient les graphismes (réalisés en interne chez eux ou par leur graphiste), graphismes que nous nous chargeons d’intégrer au site que nous développons, environ 90 % des sites que nous fabriquons sont basés sur des graphismes que nos directeurs artistiques ont réalisé…

Pour les PME l’esthétique du graphisme du site web compte beaucoup

Le graphisme d’un site web, c’est un peu la signature, la personnalité, la carte de visite d’une entreprise. Bien souvent les acheteurs ne sont pas des experts dans le domaine du web, et donc « ce qui se voit » compte encore plus à leurs yeux.

A cela s’ajoute le fait qu’une première impression a un impact considérable, et donc il est important de présenter aux internaute un site internet au graphisme aussi « sexy » de possible, qui leur tapera dans l’œil et leur donnera confiance dans l’entreprise qui possède le site.

Du coup, nous ne sommes pas sollicités seulement pour réaliser la création graphique pour les sites web, mais également le design graphique de newsletters, des e-cartes de vœux d’entreprises, etc…

On est jamais mieux servi que par… ses propres directeurs artistiques !

Des lors qu’un design devra être intégré chez nous, les graphismes ont tout intérêt à faire un travail « propre » pour ne pas compliquer le travail de leurs collègues intégrateurs front office.
Ceci est encore plus vrai depuis la vogue de responsive design, il est important d’avoir en tête cet aspect via des « blocs » bien pensés quand nous développons des graphismes.

A contrario, quand nous recevons des graphismes parfois très beaux, mais pas forcément très simples à intégrer, surtout si ils émanent de graphistes à la culture plutôt « print » peu sensibilisés aux problématiques du responsive design, il nous faudra réaliser des adaptations lors de l’intégration, donc modifier un graphisme qui a déjà été validé chez le client final, ce qui peut réserver quelques maux de tête et divers rebondissements… qui impactent négativement les délais, voire les coûts.

En fait nous n’imposons pas du tout de faire le graphisme, mais les clients qui y ont goûté nous laissent généralement cette partie. Ceci d’autant plus que le fait pour eux de n’avoir affaire qu’à un seul interlocuteur pour l’ensemble des taches de création d’un site simplifie leur gestion de projet et raccourcit le délai de fabrication des sites web.

L’expertise en graphisme web est aussi la preuve que nous ne sommes pas « juste » une SSII

En fait le graphisme n’est pas seulement une signature pour les PME acheteuses de sites, c’est aussi une marque de fabrique et une fierté pour nous. Le graphisme web est une partie importante de notre identité, qui nous distingue de sociétés de services informatique souvent beaucoup plus grosses que nous, développant sous une vaste palette de technologies et d’outils plus ou moins exotiques mais qui n’ont pas d’expertise, de sensibilité graphique.

Il faut d’ailleurs plus qu’une simple expertise. Embaucher des directeurs artistiques ne sert à rien si les chefs de projet web n’ont pas eux aussi une certaine sensibilité au graphisme, un « regard » qui leur permet d’aiguiller les graphistes, de les aiguillonner aussi pour les aider à se dépasser, à améliorer certains points, à tenir compte des toutes dernières tendances.
Cela n’implique pas qu’un chef de projet sache réaliser lui même un graphisme, il n’a pas besoin de connaître le maniement de Photoshop, mais il doit considérer que son travail inclut la partie graphique et qu’il a lui aussi sa pierre à apporter à cet édifice.

Bref, pour nous c’est « jamais sans mon graphiste », qui apporte plus de valeur ajoutée, et peut aussi d’ailleurs jouer un rôle de pied dans la porte commercial, un client ayant besoin d’un logo, d’un emailing, voire d’une plaquette, pouvant ensuite nous solliciter pour des projets de développement beaucoup plus conséquent.
Mais dès lors qu’il est question de plaquettes, catalogues, etc, bref des documents « physiques » il faut toutefois bien garder en tête que le graphisme web et le graphisme « print » sont des domaines très différents, et si nous avons la chance d’avoir un graphiste qui maîtrise très bien la partie print, notre monde à nous est avant tout celui du web…